Les alternatives

L’agriculture de demain : agriculture durable

Selon Michel Griffon (ingénieur agronome, économiste et directeur général adjoint de l’agence nationale de recherche- ANR-), l’agriculture de demain doit être « écologiquement intensive ».

Comment pouvons-nous y parvenir, c’est-à-dire obtenir une production importante, susceptible de nourrir 9 milliards d’êtres humains, tout en respectant notre planète ?

Il existe plusieurs alternatives à notre agriculture intensive actuelle.

Il s’agit de modes de production agricole dont les objectifs sont

  • Etre économiquement viable
  • Ecologiquement sain
  • Socialement équitable

Elle fut définie pour la première fois au sommet de Rio de 1992 comme le « développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capa cité des générations futures à répondre à leurs propres besoins.

Cette durabilité implique un certain nombre de mesures visant à assurer la viabilité, la vivabilité, la transmissibilité et la reproductibilité de l’exploitation. Les sources de revenus doivent ainsi être sécurisées face aux changements du marché (rôle de la PAC et de l’Etat), la vie de l’exploitant et de son entourage proche doit être décente. Enfin, l’exploitation ne doit pas modifier de manière pérenne l’environnement mais prendre en compte des conséquences de leur activité sur l’écosystème.

15451569-l-gumes--un-tal-de-marchCe modèle est récent mais arrive à séduire les producteurs et les consommateurs.

En effet, il questionne le modèle productiviste des années 80 et 1990 basé uniquement sur le rendement et ne se souciant pas des conséquences environnementales de ses pratiques.

De plus, on se rend compte que le consommateur prête de plus en plus d’attention à ce qu’il mange, à sa qualité sanitaire et nutritionnelle. Celui-ci oriente ainsi ses choix en matière d’alimentation, ce qui peut avoir des conséquences sur l’agriculteur.

De nouvelles formes d’agricultures apparaissent alors, présentées comme des alternatives à notre productivisme destructeur actuel. Celles-ci correspondent bien souvent à une remise au goût du jour de pratiques agricoles traditionnelles, adaptées à nos cultures et technologies modernes.

Selon l’INRA, nous pouvons distinguer six principales alternatives :

  • index__L’agriculture raisonnée
  • L’agriculture paysanne
  • L’agriculture de précision
  • L’agriculture fonctionnelle
  • L’agriculture intégrée
  • L’agriculture biologique

Dans cet article nous nous concentrerons sur deux types d’alternatives : l’agriculture raisonnée et l’agriculture biologique.

  • Agriculture raisonnée : Cette alternative a pour but de contrôler l’apport d’intrants afin de réguler les conséquences environnementales néfastes, tout en cherchant à améliorer les bénéfices de l’agriculteur.

Elle agit ainsi à deux niveaux : premièrement au niveau de la fertilisation, en apportant à la plante que les éléments dont elle a besoin. Un bilan est donc réalisé préalablement pour apporter la quantité nécessaire et suffisante d’éléments fertilisants tels que l’azote, le phosphate ou le potassium.

Son deuxième niveau d’action est celui de la protection de cultures. L’objectif est alors de limiter les déchets et résidus des produits phytosanitaires, que ce soit dans l’air, dans l’eau, dans le sol mais également dans les produits alimentaires destinés au consommateur.

L’agriculture raisonnée consiste donc en une surveillance constante des sols, des parcelles afin de respecter les exigences économiques, qualitatives et environnementales du producteur et du consommateur. Cette surveillance passe par l’utilisation des nouvelles technologies.

On remarque alors que l’agriculture raisonnée fait appel à l’agriculture de précision en utilisant les nouvelles technologies, mais peut également faire appel à l’agriculture intégrée en utilisant des produits d’origine naturelle.

Cet engagement est tenu car le producteur dépense moins en produits phytosanitaires et engrais, auxquels il se retrouve moins exposé, réduisant ainsi les risques de maladies à court et long terme. Il en va de même pour le consommateur qui mange des aliments contenant moins de résidus de produits phytosanitaires pouvant avoir des effets indésirables sur la santé.

agriraisonnée

Pour en savoir plus sur l’agriculture raisonnée : http://www.farre.org/

farre

  • indexL’agriculture biologique : Il s’agit d’un mode de production respectueux de l’environnement, des équilibres naturels, du bien-être des animaux et de la biodiversité. L’agriculture biologique exclut l’utilisation de produits chimiques de synthèse, l’utilisation d’OGM et limite l’apport d’intrants.

En développement constant car elle représente un secteur en expansion, l’agriculture biologique est à l’origine d’emplois, et permet la préservation de la qualité de nos sols, de l’air et de l’eau.

infographie_bio_2.png

L’agriculture biologique est basée sur plusieurs critères :

  • Les semences doivent provenir d’une plante mère cultivée sans utilisation d’OGM ni à partir de plantes dérivées d’OGM. Ces plantes doivent également provenir de parcelles biologiques depuis au moins une génération ou de parcelles végétatives depuis au moins deux générations.
  • Dans le cas de l’élevage : l’élevage hors sol est interdit, ainsi que les traitements hormonaux et le gavage. L’élevage hors sol consiste à nourrir les animaux avec des produits alimentaires ne provenant pas de l’exploitation elle-même. Le pâturage est favorisé pour les ruminants, ainsi que l’élevage à l’air libre. Il y a peu d’animaux par parcelle afin que ceux-ci aient une certaine liberté de mouvements. Leur nourriture provient également de l’agriculture biologique.

Quelles sont les conséquences de cette agriculture sur notre environnement ?

Le sol est fertile et vivant. Cela est permis par à une régénération des sols efficace grâce à une rotation des cultures. Les engrais utilisés sont des engrais verts, c’est-à-dire des engrais naturels. De plus, les déchets organiques sont recyclés et compostés, ce qui peut également servir d’engrais vert.

Elle améliore la qualité de notre eau en n’utilisant que des produits phytosanitaires d’origine organique.

agri bio et eau.png

  • Petit plus : la permaculture

Réintroduire le mode « polyculture-élevage » tout en l’adaptant à notre société et à nos contraintes environnementales. C’est ce que propose une alternative très à la mode en ce moment, la permaculture. Mais qu’est-ce que la permaculture ? Il s’agit d’une nouvelle manière de concevoir l’agriculture, en relation avec le respect de l’environnement et de l’homme. En effet, bien qu’existant depuis une trentaine d’années, on ne s’intéresse réellement à elle que depuis peu.

Elle consiste en une adaptation à l’écosystème en alliant méthodes traditionnelles et nouvelles technologies.

Elle développe alors les symbioses, les relations de commensalisme entre différentes espèces. On va ainsi placer une espèce ayant besoin d’ombre sous une plus grande nécessitant un ensoleillement important par exemple. Une relation de commensalisme s’installe quand chaque espèce est bénéfique pour celle avec qui elle réalise la symbiose.

permaculture

On ne cherche pas à cultiver telle ou telle plante précise, on adapte notre production aux conditions, à l’espace que nous avons, et on plante les espèces étant adaptées au milieu.

La permaculture n’a pas pour but d’être économiquement rentable et productive, mais de permettre une autosuffisance alimentaire. Cela induit donc un changement de notre vision de la société, de notre mode de vie.

Elle vient d’être adoubée par l’INRA : « Ce revenu agricole apparait tout à fait acceptable, voire supérieur, au regard des références couramment admises en maraîchage biologique diversifié. »

Un mode de production sans pesticides ni engrais peut donc être une solution viable à notre demande actuelle, dans un respect total de la nature et de l’homme, que ce soit l’agriculteur ou le consommateur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s